La disparition des chauves-souris en Provence

A la fin du XIXème siècle, SIEPI signalait l'existence de nombreuses et importantes colonies de chauves-souris cavernicoles.
En 1977, toutes les colonies connues jusqu'alors en Provence avaient disparu.

Le G.C.P. a mené des inventaires pour actualiser le statut de conservation des espèces cavernicoles. Celles-ci font partie des espèces les plus menacées.
Sur les 29 espèces en Provence, 18 sont inscrites dans "Le livre rouge ; Inventaire de la faune menacée en France".

Exemples de disparition :


Pourquoi ?

Les raisons de ces disparitions sont nombreuses.



Les pesticides

C'est la principale cause de disparition des chauves-souris. Ils agissent de plusieurs fa�ons :

sommaire


Pulvérisation de pesticide (Photo Tanguy Stoecklé)

Les modifications du milieu

Les prairies s'amenuisent, soit les paturages laissent place à des cultures intensives subventionnées, soit ils sont abandonnés. Ce sont autant de territoires de chasse en moins pour les grands et les petits murins, espèces vulnérables.

Une forêt jeune composée d'espèces pionnières s'implante sur les prairies abandonnées. Mais, en Provence, les feux récurant l'appauvrissent, les espèces vulnérables disparaissent et les forêts n'ont plus le temps de vieillir. Cependant les arbres creux servent de gîtes aux chauves-souris forestières et les arbres à feuilles caduques et les arbres morts nourrissent de nombreux insectes.

Les zones humides disparaissent, elles sont drainées ou urbanisées.


sommaire

La pollution lumineuse


répartition de la pollution lumineuse
Répartition de la pollution lumineuse. Sur la côte de la région Provence Alpes Cote d'Azur, seule la Camargue est épargnée.
Données NOAA, traitées par Eric Fourlon.
Passer la souris sur l'image pour l'agrandir.
L'éclairage nocturne fait disparaître les insectes.(1)
Beaucoup d'insectes sont attirés par la lumière :
- leur reproduction est entravée car les femelles ne déposent plus leurs pontes sur les plantes nourrissières.
- ils sont surprédatés car ils se concentrent au même endroit.

L'éclairage nocturne fait disparaître certaines esp�ces de chauves-souris
Certaines chauves-souris tirent nomentanément partie des concentrations d'insectes en chassant autour des éclairages. Cependant d'autres esp�ces aux ailes larges, plus lentes, comptent sur l'obscurité pour se protéger de leurs prédateurs nocturnes, les chouettes et les hiboux or leurs milieux de chassent sont désertés par de nombreux insectes(2).

Lorsque des �clairages sont install�s sur leur chemin de transit vers les zones de chasse, elles doivent prendre d'autres chemins plus longs ou plus risqu�s, voire abandonner des sites de chasse.(3)
Lorsque les sorties de g�tes d'�levage des jeunes sont �clair�s. Certaines esp�ces attendent l'extinction des lumi�res avant de sortir chasser. Pour d'autres la moiti� des individus sortent chasser avant l'arr�t de l'�clairage; mais les sorties sont retard�es. Ainsi les chauves-souris se nourrissent moins longtemps de plus elles manquent le pic d'activit� des insectes qui a lieu au cr�puscule.
Les jeunes ont un retard de croissance en taille et en poids et leurs chances de survivre � l'hiver � venir diminue.(4).

La r�partition du petit rhinolophe illustre l'impact de la pollution lumineuse. Cette esp�ce a quasi disparue de Belgique d'�le de France et des Bouches du Rh�ne. Vous pouvez constater sur la carte que ces trois zones sont particuli�rement touch�es par cette pollution. Cette esp�ce �tait une des plus commune avant guerre.

(1) Présentation générale de la pollution lumineuse par l'Association Nationale pour la Protection du Ciel Nocturne (pdf 1,7 Mo)
(2) Effet de la pollution lumineuse sur les populations de pipistrelles communes et de petits rhinolophes (En anglais - pdf 346Ko)
(3) The effects of the illumination of buildings on house-dwelling bats and its conservation consequences - S�ndor Boldogh, D�nes Dobrosi, and P�ter Samu - Acta Chiropterologica, 9(2): 527�534, 2007
(4) Street Lighting Disturbs Commuting Bats - Emma Louise Stone, Gareth Jones and Stephen Harris; School of Biological Sciences, University of Bristol - Current Biology 19, 1�5, July 14, 2009

sommaire


L'obturation ou la destruction des cavités souterraines

Les chauves-souris cavernicoles gîtent dans les grottes, les mines et les carrières. Les femelles s'y regroupent en colonies afin d'élever les jeunes. Ces mêmes lieux sont indispensables pour l'hibernation.
Régulièrement des cavités sont obturées ou détruites. Suite à des accidents, toutes les mines désaffectées doivent être fermées. Le plus souvent les fermetures se font par dynamitage sans prendre en compte la réglementation qui impose de respecter les espèces menacées.
Ces fermetures induisent une pénurie de gîtes adaptés à la biologie des chauves-souris. De plus, elles ont lieu de jour, les chauves-souris endormies ou en léthargie sont emmurées.

Le tunnel du Ranquet à Istres a été muré dans les années 70 pour des raisons de sécurité. Il en va de même pour la grotte Loubière près de Marseille.
Ces cavités abritaient sept espèces devenues rares, notamment le rhinolophe de méhély qui a disparu de la région depuis.
A Saint Martin de Crau, une cavité naturelle a simplement été détruite pour le passage d'une conduite industrielle.
Les dérangements et les fermetures des cavités naturelles font que les gîtes artificiels comme les carrières ou les mines doivent être protégés en tant que gîtes de substitution.
sommaire

La fréquentation du milieu souterrain

En hibernation, lors de chaque réveil, les chauves-souris dépensent inutilement leurs réserves d'énergie. En effet, elles réchauffent leur corps de la température ambiante jusqu'à une quarantaine de degrés. De plus, souvent elles s'envolent, or une heure de vol correspond à la dépense énergétique de 80 jours d'hibernation. Elles peuvent mourir avant la fin de l'hiver si les dérangements sont répétés.

Lors de l'élevage des jeunes au printemps et en été, les femelles ont aussi un besoin absolu de tranquillité.

Dans les années 50-60, la spéléologie a pris son essor. Devenue sport de masse ou simple découverte pour randonneurs, elle a entraîné la fréquentation intensive des grottes les plus accessibles, notamment celles à proximité des agglomérations. Il semble que ce soit un problème essentiel pour les grottes proches du littoral, notamment les grottes des Rampins, de Truebis et des Ratepenates, au nord de Toulon.
Le problème existe aussi sur des sites isolés à développement horizontal comme dans l'Est des Alpes-de-Haute-Provence. Ils sont très visités alors qu'ils sont préférentiellement sélectionnés par les femelles pour la reproduction.
sommaire

Le traitement des charpentes

Les chauves-souris sont intoxiquées par les produits de traitements. Les chauves-souris sont souillées par le poison fraîchement posé lorsqu'elles sont suspendues à la charpente ou se glissent dans les interstices. Il pénètre dans le sang par contact au niveau des ailes et par ingurgitation lors du toilettage. Mais l'intoxication a aussi lieu quand le produit est sec par inhalation de vapeur toxique.

Le traitement des charpentes est récent. Il découle de l'utilisation de bois de mauvaise qualité ou d'aménagements inapropriés des combles. Les vrillettes et les capricornes prospèrent dans les bois sensibles aux insectes xylophages. Les champignons se développent dans les charpentes quand elles ne sont plus ventilées car la vapeur d'eau n'est plus évacuée. Traditionnellement les pièces maîtresses d'une charpente sont en chêne ou en châtaignier. La durabilité de ces essences est maximale (classe 4).

La plupart des vieilles charpentes ne sont ni à changer ni à traiter, seul l'aubier est attaqué par les insectes xylophages, le duramen reste indemne. Vous pouvez prendre conseil auprès d'un charpentier à la retraite ou d'une association de protection du patrimoine comme Maisons Paysannes de France.

D'autre part l'utilisation d'essences locales comme les chênes sessiles ou pédonculés permet de conserver une certaine biodiversité dans les forêts. Car beaucoup d'insectes sont associés à des espèces végétales précises. La plantation d'arbres exotiques comme le Douglas fait disparaître ces insectes ainsi que leurs prédateurs, les chauves-souris.

Si toutefois votre charpente est en bois de mauvaise qualité et que vous devez la traiter, il faut prendre des précautions lors du traitement :
- Traiter en hiver pendant la période d'absence des chauves-souris
- Choisir le produit le mieux adapté
- Et se souvenir que ce qui est toxique pour les chauves-souris l'est aussi pour l'homme.
sommaire


Petits rhinolophes dans leur gîte estival

La mortalité routière

En Provence, aucune étude n'a été menée. Cependant, l'impact de la circulation automobile est largement sous-estimé. Des études devraient être réalisées sur plusieurs tracés.
Actuellement, les collisions avérées concernent les espèces suivantes :
Oreillard gris à Lambesc-13 (Nationale), Oreillard montagnard à Ristolas-05 (Départementale), Sérotine commune à Roquebrune sur Argens-83 (Autoroute), Murin de Daubenton à Signes-83 (Départementale), Pipistrelle de Kuhl à Roquebrussane-83 (Départementale), Grand Rhinolophe à St Martin de Crau-13 (Nationale), Barbastelle d'Europe à Joyeuse-83, petit rhinolophe au col d'Allos-04 et un autre petit rhinolophe dans le Verdon-83.
sommaire


Les prélèvements et le baguage

Dans les années 1950-60, des collectionneurs et des chercheurs prélevaient des espèces méditerranéennes. A la même époque, le baguage a été mené sans précaution dans des colonies d'hibernation causant des dégâts considérables.
Aujourd'hui les chauves-souris sont intégralement protégées en France. Le baguage, toujours possible, est contrôlé par le ministère de l'environnement.
sommaire

Le vandalisme

Certaines colonies sont détruites sans raison particulière, simplement par méconnaissance.
Au nord de Toulon, une grotte abritait dans les années cinquante plusieurs milliers de chauves-souris. Aujourd'hui, elle n'accueille plus qu'une colonie de reproduction de 150 petits murins.
Des petits murins morts sont régulièrement découverts.
Le G.C.P. cherche une solution pour protéger cette population relictuelle.
sommaire


Les chats domestiques

Les chats tuent régulièrement des chauves-souris. Lorsqu'une sortie de gîte est accessible, la colonie peut être entièrement détruite.
On peut considérer que la prédation des chats est naturelle, cependant la population de chats domestiques est entretenue artificiellement par l'homme. De plus un chat bien nourri continu à chasser.
sommaire


haut de page